Choisir son vélo lorsqu’on débute en triathlon

SPORT  /  26/09/2017

Rentrée oblige, certains vont se lancer dans le triathlon cette année, et l’achat du vélo représente un investissement à ne pas prendre à la légère. Parce que cela coûte de l’argent, certes, mais aussi parce qu’un vélo inadapté pourra causer des douleurs, voire des blessures.
Cet article a été rédigé par Tristan, qui s’y connaît plus que moi en mécanique, et regroupe quelques conseils de base pour ne pas se tromper dans le choix d’un premier vélo.

Quelle est la configuration minimale du vélo à acheter pour pratiquer le triathlon ?

Il doit s’agir d’un vélo de route, qui se caractérise par un guidon courbé, des roues et des pneus étroits, une roue libre (pas un fixie) et des vitesses : 2 ou 3 plateaux à l’avant et plusieurs pignons à l’arrière. Assez rapidement et idéalement dès le départ, il est utile d’opter pour des pédales à fixations automatiques.

Pédales automatiques Look

A quoi faut-il  faire attention avant d’acheter un vélo ?

La taille : Les cadres des vélos ont des tailles qu’il faut respecter. Un super vélo qui n’a pas la bonne taille sera inutile car il ne sera pas possible d’adopter une position adéquate.

Le cadre : Connaître les propriétés spécifiques d’un cadre est assez compliqué et il n’est pas utile de rentrer dans les détails dès le premier achat. On pourra regarder son poids, ainsi que le matériau avec  lequel il est fabriqué (en général, aluminium ou carbone). Le carbone à la réputation d’être un peu plus léger et plus rigide, ce qui permet de perdre moins d’énergie mais il est aussi moins confortable. C’est l’inverse pour l’aluminium mais l’évolution des technologies rendent ces différences initiales un peu moins vraies. On retiendra que les cadres en aluminium sont souvent plus accessibles à l’entrée de gamme et qu’il peut être plus intéressant de rester sur de l’alu que de chercher le carbone à tout prix.

Les roues : La qualité des roues est aussi importante que celle du cadre, même si les écarts de poids sont moindres. On retrouve la même dissociation alu/carbone. Les roues en carbone sont rapidement assez onéreuses. Il faut savoir que le carbone chauffe beaucoup plus vite au freinage que l’alu. Il est par conséquent obligatoire d’avoir des patins de freins spéciaux et, malgré ceux-ci, le temps de freinage est allongé, notamment sous la pluie.

Les vélos premiers prix vendus complets sont souvent équipés de roues plutôt basiques pour rester compétitifs, le cadre étant l’élément le plus regardé. Celles-ci sont toutefois suffisantes pour se lancer et  vous pourrez tout à fait investir par la suite dans du matériel plus performant.

Le groupe : Il s’agit des composants de la transmission, freins, vitesses, pédalier. On pense moins à regarder le groupe que le cadre (par exemple) mais c’est néanmoins très important. Ces composants vont en effet permettre à votre vélo de fonctionner de manière optimale (ou pas) et durable (ou pas). Un mauvais groupe pourra vite vous empoisonner la vie. Trois grandes marques se partagent le marché : Sram, Campagnolo (plutôt présents sur le haut de gamme) et le leader Shimano. En dehors de ces marques, difficile de se prononcer sur une bonne longévité, les pièces de remplacement seront moins faciles à trouver et la revente éventuelle du vélo sera plus compliquée. Vous trouverez quelques explications et la différence entre les groupes d’une même marque en suivant le lien ci-dessous.

Groupe Shimano 105

Chez Shimano, le Sora est le minimum pour avoir une certaine fiabilité; mais équiper son premier vélo en 105 peut vraiment valoir le coup pour toutes les années qui suivront.

http://www.tortues-runners.com/2017/03/hierarchie-des-groupes-velo/

Pour les femmes, de plus en plus de marques proposent des cadres et des vélos spécifiques avec une géométrie adaptée. Ce n’est pas obligatoire mais, tant qu’à investir, il est intéressant de jeter un oeil. N’hésitez pas à demander la taille du cintre (guidon) car il est le plus souvent adapté pour les hommes et donc trop large, ce qui peut rendre la position inconfortable. Petit astuce : la taille du cintre doit être égale à la distance entre l’extérieur de vos deux épaules. Ceci dit, le changement de cintre n’est pas toujours possible en magasin, et il peut se faire dans un second temps.

La question de l’occasion.

Pour tous les aspects évoqués plus haut, qui ne sont pas faciles à observer sur une annonce ou au premier coup d’œil, l’occasion n’est pas sans risque. Il n’est pas inutile de savoir bricoler si vous choisissez cette option. Il arrive souvent qu’on se rende compte au bout d’un moment qu’une grosse révision est nécessaire. Et les quelques centaines d’euros économisés à l’achat peuvent assez rapidement être compensés par les petites ou grosses réparations.

Et les vélos Décathlon ?

Les vélos Décathlon neufs sont, à mon sens, un bon rapport qualité-prix, pour ne pas dire le meilleur pour les plus petits budgets, mais ils se revendent aussi moins bien.

Attention, pour chaque vélo présenté en magasin ou sur leur site, le cadre peut rester le même sur des gammes de prix assez différent. C’est justement les roues et le groupe qui font la différence.  Avec des roues et cadres premiers prix, pour un équipement avec le même groupe, le vélo Décathlon sera 150 à 200€ moins cher que chez les constructeurs classiques.  Ainsi, on pourra se payer un vélo à 800€ équipé en “105” avec des roues Mavic chez Décathlon alors qu’il sera difficile de trouver l’équivalent à moins de 1000€ ailleurs.

L’étude de posture : késako ?

Après quelques sorties de rodage, l’étude de posture permettra de trouver la position optimale sur le vélo. Les réglages précis des différents éléments du vélo  (hauteur et avancée de la selle, position du guidon, placement des cales sous les chaussures) sont assez techniques. Ils dépendent de la morphologie mais aussi des aptitudes (souplesse) de chacun et l’aide d’un professionnel sera la bienvenue.

Au Paris Sport Club, beaucoup de triathlètes sont allés suer sur le home trainer de Sam pour leur étude posturale dans sa boutique-atelier “Paris Bike Company” à Malakoff et en sont tous satisfaits.

Que ceux qui souhaitent ajouter des informations n’hésitent pas à commenter l’article, qui n’est certainement pas exhaustif.

2 commentaires Ajoutez le votre

  1. Thien-An dit :

    Super article ! Merci Jess & Tristan.
    C’est dommage que je n’ai pu avoir accès à ce type d’information avant d’acheter mon propre vélo 🙁

    1. Jess dit :

      Merci Thien-An, ton vélo est bien non ? On essaie d’améliorer les infos chaque année au sein du club…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.