Cinq jour à (par)courir les Cinque Terre

VOYAGE  /  30/10/2017

La semaine dernière, Marie (une amie) et moi avons passé cinq jours en Ligurie, la Riviera italienne, dans les Cinque Terre, nos objectifs étant de profiter du beau temps méditerranéen, à l’aube de l’automne parisien, et d’y courir pour le plaisir.

Les Cinque Terre, ce sont cinq villages colorés, les pieds dans la Méditerranée, reliés par des sentiers bien balisés, mais aussi par des trains, des bus, et des bateaux : Monterrosso, Vernazza, Corniglia, Manarola et Riomagiorre. En plus d’être très photogéniques, ces villages sont un excellent point de départ de randonnées, ou de trails, et un très bon point d’arrivée où manger un petit plat ou une glace italienne.

Lorsque vous dites à votre entourage que vous partez là-bas, d’abord il situe assez peu. Puis vous expliquez que ce sont des petits villages colorés au bord de jolies criques, et là l’autre vous répond presque systématiquement que c’est vraiment joli, et qu’il rêve d’y aller. A raison. Car vraiment, cela vaut le détour. Hors saison. Oubliez l’été.

Bref récit de voyage, et conseils pour ceux qui souhaitent visiter cette petite perle de l’Italie, à quelques encablures de la France.

♥ ♥ ♥

Comment s’y rendre ?

Nous avons pris un vol Hop d’Air France, qui relie Paris Charles de Gaulle à Gênes (Genova) en 1h35.
Une fois à Gênes, il faut prendre une navette Volabus à la sortie de l’aéroport, qui relie ce dernier à la gare de Genova Principe en moins d’une heure (6€)


De Genova Principe, un métro ou un train type RER assurent pour environ 1,50€ la liaison jusqu’à Genova Brignole, d’où partent régulièrement des trains pour les Cinque Terre (toutes les 45 minutes environ). Il faut ensuite compter une bonne heure jusqu’à Levanto (point d’entrée dans la région), 1h30 pour La Spezia (de l’autre côté des Cinque Terre).

Où dormir ?

Après s’être posé la question du camping (ils sont nombreux dans la région, mais plutôt à l’extérieur du parc des Cinque Terre), Marie et moi avons opté pour un logement réservé sur Air BnB, pour un prix tout à fait raisonnable, à Levanto. Nous n’avons pas regretté ce choix.
En effet, Levanto est une petite ville agréable, au bord de l’eau, avec des restaurants et un supermarché, une gare ralliant tous les villages alentours très facilement et pour un prix fixe (4€ pour n’importe quel trajet dans les Cinque Terre ou jusqu’à La Spezia), un accès direct et facile à tous les sentiers.
Il est également possible de choisir de rester à La Spezia, et de rayonner vers les autres villages, mais cette ville est beaucoup plus grande que Levanto. En y arrivant en bateau lors de notre périple, nous avons eu le sentiment d’arriver à Nice. Sans doute plus adaptée aux personnes qui souhaitent sortir le soir notamment (ce n’était pas tout à fait notre cas).

Quel programme ?

Marie et moi avons choisi de visiter les Cinque Terre en rando-course, mais les ballades que nous avons réalisées sont tout à fait faisables en marchant. Nous avons effectué plusieurs trajets en train, pour démarrer un parcours, pour rentrer après une journée bien remplie, ou parce que certaines portions de sentiers sont fermées (entre Corniglia et Riomaggiore par le bord de mer notamment) depuis les fortes intempéries de 2011. Quel que soit l’itinéraire parcouru, le trajet coûte 4€ (qu’il dure 3 minutes ou 30 minutes).

♥ Levanto-Monterosso (8 km 385 m D+)

Après avoir admiré la plage de Levanto et ses surfeurs en cette journée venteuse, nous avons emprunté des escaliers au bout de la plage, puis un sentier rouge sur la carte, donc gratuit, longeant la mer et offrant des panoramas tous plus jolis les uns que les autres. Le sentier monte de façon régulière, puis redescend de façon plus raide jusqu’au premier village des Cinque Terre, Monterosso, où nous avons déjeuné avec Marjolaine et Gaëlle, en vacances dans le coin elles aussi (ce sont sans doute elles qui nous ont soufflé l’idée, mais chut !).

Nous avons découvert la farinata, spécialité locale délicieuse, à base de farine de pois chiche, agrémentée de pesto, un régal !

♥ Monterosso – Corniglia (9 km 500 m D+)

A peine avalée la farinata que nous sommes reparties en direction de Vernazza, le second village. Pour cela il faut monter, puis redescendre, après avoir profité en haut d’une superbe vue sur l’un des villages les plus photogéniques. Une brève visite du centre ville, et nous sommes reparties en direction de Corniglia. La portion de sentier de 3 km reliant Corniglia à Manarola étant fermée à ce jour, nous avons pris le train jusqu’à Manarola, où nous avons dégusté une glace pistache-mandarine en admirant le coucher du soleil, avant de rentrer (en train, toujours) à Levanto.

Le sentier qui relie les villages est noté en bleu sur la carte, et celui-ci est payant, contrairement au rouge (7,5€/personne/jour tout de même). C’est aussi le plus fréquenté.

Il vous faudra acheter la carte ci-dessous à l’entrée et la montrer après chaque passage dans un village.

♥ Vernazza – Corniglia par les crêtes (11 km 535 m D+)

Notre projet du deuxième jour était de prendre le train le matin jusqu’à Vernazza, pour partir à l’assaut du point culminant des Cinque Terre, le Malpertuso via un sentier rouge (donc gratuit). Nous avons vite réalisé que plusieurs portions dudit sentier étaient fermées, et c’est sans regret que nous avons effectué une jolie boucle bien balisée via San Bernardino, avant de redescendre vers Corniglia.

Des paysages très différents de la veille, de beaux points de vue, une course au milieu des vignes, et le bonheur d’être les seules sur les sentiers.

♥ Corniglia – Volastra – Manarola (5 km 300 m D+)

Un petit plat de gnocchi au pesto en terrasse, et nous avons poursuivi notre course, toujours dans les vignes, vers Manarola. La montée sèche du début, juste après le repas a été quelque peu compliquée.

C’est en train que nous sommes rentrées jusqu’à Levanto.

♥ Riomaggiore – Porto Venere (12,5 km 600 m D+)

Le village de Riomaggiore est un petit bijou. Il nous a semblé plus authentique que les autres, avec ses nombreux toits-terrasses, et nous avons pris le temps d’y boire un café avant de démarrer notre course du troisième jour vers la pointe sud de la péninsule. Jusqu’au col du Telegrafo, la route n’est pas très agréable, comparée à ce que nous avons découvert ces derniers jours. Moins de vue, moins de soleil, une montée sans guère de charme. En revanche, dès que l’on bascule sur l’autre versant, on commence à apercevoir Porto Venere, et l’île de la Palmaria qui lui fait face. On en prend alors plein la vue dans la descente. A ne manquer sous aucun prétexte.

Bien que Porto Venere possède un petit quelque chose de Saint Tropez, il y fait bon vivre, on peut s’y baigner, y déguster du pesto délicieux et y flâner dans les rues pittoresques. C’est ici que s’est achevée notre course, et nous avons pris le bateau pour dîner avec les filles à La Spezia, avant de rentrer à Levanto, puis à Paris le lendemain.

♥ ♥ ♥

En bref

A découvrir hors saison (octobre c’était parfait)
Paris-Gênes en avion.
Genova Principe – Genova Brignole – Levanto en train.
Sentiers rouges gratuits.
Sentiers bleus payants (7,5€/personne/jour).
Tous les trains dans les Cinque Terre à 4€.
Les bateaux entre les villages coûtent 15€.
Le bateau de Porto Venere à La Spezia coûte 6€.

Ce site donne beaucoup d’informations précises : http://www.cinqueterre-italie.com/

N’hésitez pas à commenter pour que je vous donne davantage de détails.

 

 

 

 

Un commentaire Ajoutez le votre

  1. Valérie dit :

    Il n’y a plus qu’à réserver un billet et se laisser guider par ce programme clef en main.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.