Lanzarote ou le paradis des cyclistes

VOYAGE /  17/03/2017

En 2016, trois amis du club et moi-même avions pris la décision de partir à Lanzarote s’entrainer à vélo au mois de février. Cette destination présente de nombreux avantages que je souhaiterais répertorier ici. Si nombreux que nous y sommes retournés cette année avec celui qui, depuis, en plus de partager ses entraînements avec moi, partage ma vie. C’est d’ailleurs depuis cette île des Canaries, l’une des plus sauvages de l’archipel, qu’a été rédigé cet article.

♥ ♥ ♥

Mais alors, pourquoi Lanzarote ?

Lanzarote, en s’y prenant à l’avance et en se débrouillant bien, c’est à seulement quatre heures de Paris, en vol direct (ce que nous avions trouvé facilement l’an passé, mais pas cette année, où des escales étaient nécessaires pour rester correct en prix, aux alentours de 330€ l’aller-retour).

Lanzarote, c’est le printemps en hiver. Alors que tout le monde déprime dans le froid et sous la grisaille parisienne, que seuls les acharnés sortent leurs vélos pour aller rouler, aux Canaries il fait entre 15 et 25 degrés et le soleil a de grandes chances de briller.

A Lanzarote, vous pourrez louer un appartement joli et fonctionnel pour une centaine d’euros par personne la semaine. Nous avons choisi l’an dernier, et cette année également, de loger à Costa Teguise, à moins d’une heure en transports (bus ou taxi) d’Arrecife. Cette petite ville présente l’avantage d’être proche de l’aéroport, certes. Mais elle est par ailleurs équipée en petits restaurants, bars, supermarchés, hébergements. On peut y louer un vélo de route, chez Papagayo Bike par exemple, pour environ 120€ la semaine, ce qui écarte toute hypothèse d’emporter le sien (moins cher, moins galère). Enfin, Costa Teguise est un très bon point de départ de différentes boucles à vélo à travers l’île.

A Lanzarote, si certaines routes sont véritablement impraticables sans VTT, la plupart sont au contraire en excellent état, équipées d’une piste cyclable, voire prioritaires pour les vélos (dans le parc naturel de Timanfaya notamment, où la circulation est limitée à 60 km/h). En outre, les automobilistes sont généralement respectueux vis-à-vis de nous autres cyclistes, et beaucoup n’hésiterons pas à laisser deux mètres entre vous et eux afin de vous dépasser en toute sécurité.

Lanzarote offre l’avantage, en début de saison, de proposer du dénivelé au fil des sorties, mais pas des cols ou des volcans avec 50 km de montée (comme le Teide sur l’ile voisine de Tenerife pour ne citer que celui-ci).

Lanzarote est magnifique et encore extrêmement bien préservée, tout simplement ! Nombreux sont les cyclistes et triathlètes, professionnels ou amateurs, que l’on y croise à cette période de l’année, mais aussi les randonneurs et les amateurs de volcans, tout simplement.

Comme il n’y a pas que le vélo dans la vie, à Lanzarote vous pourrez aussi vous baigner dans l’océan, courir sur la route ou dans les chemins de lave, avec ou sans dénivelé, randonner vers les différents volcans, boire des mojitos et manger des pizzas.

 Existe-t-il des points négatifs dans tout cela ?

Eh bien oui… Le vent ! Un vent permanent qui vous fera rouler à 50 km/h sans pédaler à certains moments, et qui, dès que vous ferez demi-tour, vous scotchera à 15 km/h alors que vous appuierez de toutes vos forces. Un vent qui, si vous avez la malchance de le croiser de trois quarts face, vous fera chavirer lorsque vous croiserez des camions sur les routes principales. Mais cela forge le mental, alors n’hésitez plus.

Peut-être un jour raconterai-je sur les raisons sentimentales qui me lient à cette île des Canaries sans doute plus qu’à tout autre endroit sur Terre…

♥ ♥ ♥

Pour l’heure, voici un petit condensé de notre programme hebdomadaire.


J 1 / 77 km / 983 m D+
J2 / 110 km / 1350 m D+
J3 / 96 km / 1800 m D+
J4 / 167 km / 2200 m D+
J5 / 85 km / 1000 m D+

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.